L’Histoire du site de Bagan

Le site archéologique de Bagan est l’un des plus grands et des plus importants sites historiques en Asie du Sud-Est. Il est situé dans la plaine sèche du centre de la Birmanie, sur la rive Est de la rivière Irrawaddy.

Le peuplement dans la région de Bagan a probablement commencé à la moitié du IX ème siècle. Au cours des deux siècles suivants le peuplement de la zone s’est étendu progressivement jusqu’à ce que le roi Anawrahta fonde le Royaume de Bagan en 1044. A cette époque, le royaume consistait encore en une zone relativement petite, où les habitants étaient principalement des fermiers.

Comme Bagan est situé dans la zone arride de la Birmanie, la région reçoit peu de pluie et est dépendante de l’irrigation pour l’agriculture. Les habitants de Bagan réussirent à développer et à améliorer les systèmes de gestion de l’eau pour irriguer les terres. Ils ont construit un système de barrages, de voies navigables et d’écluses qui leur ont permis de cultiver le sol sec et le transformer en terre agricole. Cette capacité leur a permis de se développer dans une région aride, ce qui a attiré plus de gens, élargissant ainsi le Royaume.

La conversion du roi Anawrahta au bouddhisme

A cette époque, le bouddhisme ne jouait pas encore un rôle important dans le pays. Le roi Anawrahta (qui régna de 1044 jusqu’en 1077) fut converti au bouddhisme Theravada par un moine nommé Shin Arahan venant du Royaume de Thaton, l’un des Royaumes Môn qui existaient en Birmanie à l’époque (les môn étant le nom donné aux habitants de la région). Le roi décida de propager le bouddhisme et commença une campagne massive pour construire des milliers de temples bouddhistes, des pagodes et autres monuments.

L’invasion du Royaume de Thaton

En 1057 le roi Anawrahta envahi le Royaume de Thaton. Après l’invasion, il rapporta à Bagan de nombreux manuscrits dont le Tripitaka, un ensemble de texte et écritures bouddhistes sacrés contenant les enseignements du Bouddha.

Un grand nombre d’architectes, ouvriers et artisans môns furent également déplacés vers Bagan, et permirent de lancer un programme de construction de milliers de temples et pagodes bouddhistes. C’était l’époque où la construction des temples commença à une échelle massive. Une grande partie de la richesse de l’empire fut utilisée pour la construction des monuments bouddhistes. Le roi Anawrahta qui , fît bâtir un nombre de temples impressionnants sous son règne, en particulier la Pagode Shwezigon et la Pagode Shwesandaw.

L’expansion de l’empire et la construction des temples

Au cours des siècles suivants, des milliers de temples et pagodes furent construites par les rois ainsi que par les habitants les plus riches de la ville, afin de gagner du mérite religieux. Bagan devint un centre important pour le bouddhisme Theravada et son étude, et attira des moines venus de l’étranger (Sri Lanka, Inde…). Plus de 10 000 temples et monuments ont été construits à l’apogée du Royaume de Bagan, entre le XIème et XIIIème siècle.

Les successeurs du roi Anawrahta étendirent le royaume encore plus loin; selon plusieurs sources l’empire s’étendait jusqu’à la Thaïlande actuelle.

L’empire a connu des temps prospères, essentiellement grâce à l’agriculture. Pendant la période la plus puissante du royaume, depuis la fin du XIIème siècle jusqu’au milieu du XIIIème siècle, Bagan atteignait jusqu’à 200 000 d’habitants. A cette époque, Bagan et l’empire Khmer du Cambodge étaient des empires les plus puissants en Asie du Sud-Est.

La fin de l’empire

Avec autant de terres fertiles ayant été utilisées pour la construction des temples et des pagodes, les terres agricoles devinrent de plus en plus rares au cours du XIIIème siècle, ce qui constitua une menace pour la richesse du Royaume.

Vers la fin du XIIIème siècle Bagan fut envahie plusieurs fois par les armées mongoles dirigés par Kubilai Khan, le Grand Khan (dirigeant) de l’empire Mongol qui régna de 1260 à 1294. Une autre invasion en 1297 anéantie finalement l’empire Bagan. Après le XVème siècle, Bagan était à l’abandon et la plupart des temples tombèrent en ruine. La ville était toujours une destination de pèlerinage, mais seuls les temples  les plus célèbres tels qu’Ananda et Shwezigon étaient encore bien entretenus.

Bagan de nos jours…

Parmi les plus de 10 000 monuments construits, seulement 2200 sont restés. Les structures encore debout sont construites en briques, tandis que les bâtiments en bois comme le Palais et les maisons n’ont pas survécu au passage du temps. Les autres temples et pagodes sont dans divers états, certains sont très bien entretenus et restaurés, tandis que d’autres sont négligés et envahi par la végétation. L’UNESCO a placé la zone archéologique de Bagan sur sa liste provisoire en tant que futur site du patrimoine mondial.