Dhammayangyi Pahto

Dhammayangyi Pahto

Dhammayangyi Pahto

Le Dhammayangyi est le plus grand des temples bouddhiques de Bagan, visible depuis partout. Il se trouve à 500 mètres à l’Est de Shwesandaw. Commencé, selon les historiens, soit par le roi Alaungsithu avant 1167, soit par son fils Narathu qui a régné de 1167 à 1170, il est resté inachevé. Il fut l’objet de beaucoup de soins: ses briques furent frottées les unes contre les autres, afin qu’aucun interstice ne fût visible, et collées par un enduit végétal de composition mal connue, mais d’une extrême solidité.

Il est surtout connu pour son histoire cruelle. La légende dit que le Roi Narathu a construit le temple pour expier ses péchés: il a étouffé son père et frère à mort et a exécuté une de ses femmes, une princesse indienne, pour avoir pratiquée des rituels hindous. Le temple le mieux préservé de Bagan, il présente des construction en mortier très détaillés dans ses niveaux supérieurs.

On dit aussi que Narathu exigea que le briquetage sans mortier colle ensemble si fermement que même une épingle ne pouvait pas passer entre les briques. Les ouvriers qui échouèrent à cette tâche eurent leurs bras coupé: juste à l’intérieur de l’entrée Ouest, on peut voir des pierres avec des sillons de la taille d’un bras qui servaient à faire ces amputations.

Il est bâti sur le modèle d’Ananda Patho, carré, avec des porches en projection, mais plus massif. Son pilier central (50 m de large) n’est pas orné de bouddhas debout, mais creusé d’une seule niche, à l’Est, abritant un bouddha couché. Le toit est formé de sept terrasses successives. Le sikhara (tour-sanctuaire) est réduit à sa base, soit parce qu’il s’est écroulé, soit car il n’a jamais été construit.

Après que Narathu fut assassiné en 1170, l’intérieur fut rempli de décombres de brique.